Communication

L’entrepreneuriat n’est pas sexy – Le retour d’expérience de Anne Kedi Siade

Hi guys !

Ces derniers temps, je m’efforce de chercher pour vous des retours d’expérience d’entrepreneurs de terrain, et plus uniquement de disrupteurs. Loin des récits romancés que l’on lit le plus souvent, leur approche contextuelle à l’avantage de refléter la réalité, et de fournir des conseils pratiques.

Anne Kedi Siade est entrepreneure, maman, professionnelle du marketing et blogueuse. Elle dirige Prolixe, une agence d’événementiel et de gestion d’image, partage ses passions et son expérience de la vie sur son blog personnel, La Case d’Anna, et se fait chantre et promotrice de la culture africaine au travers d’une plateforme appelée La bibliothèque qui ne brûle pas.

Ce texte est la traduction d’un article initialement publié en anglais sur son blog, La Case d’Anna.

 

I. Version française (english version below)

Il y a un an, le 14 décembre, j’ai dit au revoir à six ans de salariat et de passion (le mot sexy) chez un des plus grands producteur de produits de grande consommation du Cameroun. Pendant six ans, j’avais travaillé sur des marques épiques, appris de grandes leçons de vie, construit quelques amitiés solides. J’estimais que j’étais prête à avancer. C’était un lundi, je me souviens de m’être réveillé avec un sentiment de paix intense et d’ambition renouvelée.

« Douze mois plus tard, le sentiment qui prédomine est la reconnaissance. Je suis reconnaissante pour les leçons, reconnaissante pour l’expérience supplémentaire, reconnaissante pour les obstacles »

Douze mois après, je me sens privilégié. Je suis privilégiée pour les leçons, privilégiée pour l’expérience supplémentaire, privilégiée pour les obstacles. Un an en tant qu’entrepreneur et un an dans l’entreprise familiale. En regardant en arrière aujourd’hui, je me rends compte que c’était un défi vraiment fou: enceinte, m’engager dans deux nouveaux emplois, l’un dans un champ où j’avais seulement une expertise limitée (commissionnaire de transport et transitaire) et l’autre où bien que possédant les compétences techniques requises, j’ai dû tout gérer (le conseil en marketing). Sexy, stimulant sur le papier. Dans la vie réelle, essentiellement stimulant. Ci-dessous, les principales leçons apprises de cette année épique:

1. Rigueur

Si vous n’avez aucune rigueur et n’avez aucun budget pour recruter, ne tentez pas l’aventure entrepreneuriale, particulièrement au Cameroun. Vous devez être capable d’organiser votre temps de la façon la plus efficace pour obtenir des résultats. Vous devez en outre comprendre les exigences administratives liées à l’activité dans laquelle vous investissez, même si vous externalisez cette partie.

Vous avez besoin de rigueur pour construire votre plan de prospection, identifier les gens que vous avez vraiment besoin de rencontrer, évaluer votre réseau et élaborer votre approche pour transformer de bonnes relations en clients éventuels.

Honnêtement, j’ai initialement manqué de rigueur. J’étais prête et désireuse de bien faire, mais pas entièrement consciente des enjeux. Ce manque initial de rigueur m’a conduit à payer une amende énorme pour des impôts, quand j’ai déclaré mon entreprise. Attrapé une fois, sûrement pas une deuxième fois. Imaginez juste : payer des amendes parce que vous avez déclaré votre entreprise en retard et dépenser de l’argent qui excède votre bénéfice brut cumulatif. La rigueur est un MUST.

La rigueur a été pour moi le meilleur outil de productivité. En effet avec la rigueur, vous construisez des réflexes, vous organisez vos atouts, vous vous sentez mieux, vous travaillez sur votre méthode commerciale et progressivement, vous gagnez en habileté, vous créez même des occasions.

2. Adaptation

Vous devez être un caméléon quand vous devenez un entrepreneur. En effet, sauf si vous avez beaucoup de chance en gagnant quelques grands marchés dès le premier jour ou dans le cas où vous avez de l’argent pour investir à l’avance, vous devez pouvoir faire tout vous-même, au moins au début. Même dans le cas où vous pouvez vous permettre de déléguer, vous devez d’abord comprendre les tâches que vous souhaitez déléguer. En effet, si vous déléguez des impôts sans comprendre les conditions, vous serez volés.

De plus, vous devez vous adapter à différentes situations, à différents tons. Quand vous cherchez des clients (surtout en tant que commissionnaire de transport, les importateurs pouvant être trouvé partout), vous devez trouver le ton juste, entrer dans le bon environnement et la plupart du temps sortir de votre zone de confort. En travaillant dans l’environnement structuré qu’est une grande entreprise, vous avez généralement une description de poste claire et pouvez vous permettre de ne pas en sortir. Par conséquent, il est possible que vous ayez à vous adapter à vos collègues, mais la transformation des compétences d’un « travail » à un autre dont vous avez besoin en tant qu’entrepreneur, ceux-ci ne sont pas développés dans le monde de l’entreprise.

Enfin, vous devez être enclins à adapter votre modèle économique (business model). Vous pouvez lancer votre affaire avec un business plan, une certaine clarté sur votre opportunité de marché et votre compréhension des besoins. Entre-temps, dans le processus de mise en oeuvre, vous obtenez des renseignements supplémentaires, vous faites des découvertes et il est possible que vous ayez à revoir votre plan. FAITES-LE.

Ne vous retrouvez pas piégé dans la fierté du « je pensais que j’avais raison », adaptez-vous, évoluez, c’est la seule façon de réussir.

3. Anticipation, Planning et Préparation

Ok, Ceci est TRÈS IMPORTANT. Quand j’ai démissionné de mon travail en entreprise, je pensais que j’étais prête, je pensais que j’avais tout compris, cadré le marché, l’opportunité, les besoins, etc … J’ai commis l’erreur de croire que parce que je travaillais dans le marketing/communication, les propositions que je pensais être valable pour les services, l’étaient nécessairement pour mes collègues également. J’ai pris le risque d’utiliser des suppositions sans les tester SUFFISAMMENT. J’ai aussi pris le risque de ne pas comprendre totalement les exigences du domaine d’exercice (l’octroi d’une licence, des certifications etc.).

Ceci pourrait être mon seul regret, l' »erreur » que je vous conseille d’éviter. Évitez-la s’il vous plaît. Testez votre pensée, réalisez quelques questionnaires. De plus, si vous avez besoin de formation supplémentaire, si vous devez payer pour cela, profitez d’un salaire régulier dans le monde de l’entreprise et payez-la sans stress, et bien sûr SAUTEZ LE PAS.

4. Sauter le pas – Prenez des risques

Un autre conseil, un conseil TRÈS IMPORTANT. Ok, tout doit être soigné et tout mais vous ne pouvez apprendre si vous n’essayez pas. Vous ne saurez jamais jusqu’où vous pouvez aller si vous n’essayez pas.

Vous ne saurez jamais jusqu’où vous pourriez aller si vous n’essayez pas.

Bien sûr, je n’ai rien planifié. Bien sûr que certains de mes objectifs étaient trop ambitieux si on considérait le fait que j’étais une future maman. Cependant, je ne pourrais pas écrire et partager ces leçons que j’ai apprises si je n’avais pas renoncé à mon  bureau en entreprise. Réaliser ses objectifs dépend en premier et surtout des risques que l’on est prêt à prendre. Les risques calculés sont les meilleurs et les plus faciles à prendre, néanmoins un risque est un risque. J’ai pris le risque, je suis là, jouant des coudes au quotidien et c’est tout ce qui compte pour moi.

5. Alors ouais, l’entrepreneuriat n’est pas sexy

Oui, s’il vous plaît, laissez tomber cette joyeuse, humeur insensée de gens qui semblent être sous l’influence de drogues dures. Travailler pour soi, surtout dans un environnement comme celui du Cameroun, est tout sauf facile. Travailler à son compte ne signifie devenir riche dès le premier jour. Travailler à son compte ne signifie pas toujours avoir une idée disruptive qui va TOUT changer. Travailler à son compte ne veut pas dire ouvrir une start-up. C’est possible mais pas toujours. Travailler à son compte n’est pas nécessairement vivre de sa passion. Travailler à son compte exige tout ce que j’ai partagé et plus encore. Travailler à son compte est un challenge, un but, une intention, un stimulant. Travailler à son compte est une aventure unique. Travailler à son compte procure la liberté, et cette dernière vient avec de grandes responsabilités. Comme je l’ai dit plus haut, sortez-vous cette idée de la tête, l’entrepreneuriat N’EST PAS sexy.

Cela étant, tous ces sacrifices ont en valu la peine. Il y a la passion (un peu de cela) mais il y a plus important, le sentiment d’aller vers l’accomplissement de mes objectifs de vie. Aucun parcours professionnel n’est facile, aucun choix ne l’est. Le bonheur se créé. Après un an, je suis immensément heureuse et j’avais besoin de ce retour sur ce que j’ai appris. L’entrepreneuriat n’est pas la solution magique pour tout le monde, l’entrepreneuriat était MA solution Magique et je jouis de chaque morceau du processus.

Ceci est seulement le début de ce voyage personnel. Dans le prochain article passant en revue cette année qui vient de s’écouler, je vous dirai pourquoi devenir d’un ENTREPRENEUR est toujours MA solution pour le bonheur, un an après. (à lire sur La Case d’Anna)

 

Love, Anna♦


 

II. English version

One year ago, on the 14th of December, I decided to become an entrepreneur. After six years of work and passion  (the sexy word) in one of Cameroon’s biggest FMCG, I quit. During six years, I had worked on nurturing epic brands, I had learnt great life lessons, built some strong  friendships and felt I was ready to move on. It was a Monday, I woke up with a feeling of intense peace and renewed ambition.

Twelve months after, I feel privileged. I am privileged for the lessons, privileged for the additional experience, privileged for the hurdles.

One year as an entrepreneur and one year in the family business. Looking at it now, it was a quite crazy challenge: five months- pregnant, taking on two new jobs, one in a field where I had only limited expertise (custom broker and forwarding agent) and another where though I had the technical skills, I needed to manage everything (marketing consulting). Sexy, challenging on paper. In real life, essentially challenging. Below, five business tips learnt from this epic year:

1. Rigor  is necessary

If you have no rigor, and have no budget to recruit, don’t try the entrepreneurship adventure especially in Cameroon. You need to be able to organize your time in the most efficient way to get results. On top of this, you must understand the administrative requirements related to the business you are investing it, even in the case you are outsourcing this bit.

You need rigor to build your canvassing plan, identify the people who you really need to meet, evaluate your network and craft the approach to transform good connections into possible customers.

Honestly, I initially missed the rigor. I was ready and willing but not fully conscious of the stakes. That initial lack of rigor led me into paying a huge fine for taxes, when I declared my company. Caught once, surely not a second time. Just imagine paying fines because you declared late and spending money which exceeds your cumulative gross profit. Rigor is a MUST.

Rigor has been for me the best productivity tool. Indeed with rigor, you build reflex, you organize your assets, you file better, you work on your commercial reporting and progressively, you have better shots, you even create opportunities.

2. You need to adapt

You must be a chameleon, when you become an entrepreneur. Indeed, except you are very lucky with some great deals from Day 1 or in the case where you have some money to invest upfront, you need to be able to do everything yourself at least for a start. Even in the case where you can afford to delegate, you must understand the tasks for yourself first of all. Indeed, if you delegate taxes without understanding the requirements, you will be stolen.

Moreover, you need to adapt to different situations, different tones. When you are looking for customers (especially as custom broker, as importers are everywhere to be found), you need to find the right tone, get into the right environment and most of the times get out of your comfort zone. Working in the structured environment of a big company, you generally have a clear job description and can afford not to get out of it. Therefore, you may have to adapt to colleagues, but the transformation skills from one “job” to another that you need as an entrepreneur, these are not developed in the corporate world.

Lastly, you must be willing to adapt your business model. You can launch your business with a business plan, some clarity on your market opportunity and your understanding of the needs. Meanwhile, in the implementation process, you obtain additional insights, you make discoveries, and you may have to review your plan. DO IT. Don’t get cut in the pride of “I thought I had it right”, adjust, evolve, this is the only way to succeed.

3. Anticipation, Planning and Preparation

This one is VERY important. When I resigned from my corporate job, I thought I was ready, I thought I had got it all, squared the market, the opportunity, the needs, etc... I made the mistake of believing that because I was working in marketing/communication, the proposals I thought worth it for services, were necessarily as worth it for my colleagues too. I took the risk of using assumptions without testing them ENOUGH. I also took the risk of not understanding totally the requirements in the field of work (Licensing, certifications etc….).

This could be my only regret, the one “mistake” I would advice you to avoid. Please do avoid it. Test your thinking, do some questionnaires. Moreover, if you need additional training, if you need to pay for it, take advantage of a regular salary in the corporate world and pay for it with no stress, then of course JUMP. 

4. JUMP- Take the risks

Another, VERY important one. Everything needs to be neat and all but you cannot learn if you don’t try.

You will never know how far you could go if you don’t try.

Indeed, I did not plan. Indeed, some of my objectives were over-ambitious considering I was a mum-to-be. Still, I would not be able to write and share these learning if I had stayed in my corporate office up to now. Achieving your objectives is first and foremost about taking risks. Calculated risks are better and easier to take, however a risk is a risk. I took the risk, I am there, hustling everyday, and that is all what matters to me.

5. So Yeah, Entrepreneurship is not SEXY

Yes, please, let go of this joyful, insane mood of people who look like being under hard drugs. Working for yourself, especially in environments like Cameroon, is everything but easy. Working for yourself does not mean being rich from Day 1. Working for yourself does not always mean having this disruptive idea that will change EVERYTHING. Working for yourself is not being a start-up. It can be but not always. Working for yourself is not necessarily living from your passion. Working for yourself demands, all what I have shared above and even more. Working for yourself is a challenge, a goal, an intention, a driver. Working for yourself is a unique adventure. Working for yourself gives freedom, and the latter comes along with great responsibilities. As said above, quit it, Entrepreneurship is NOT Sexy.

Still, all the sacrifices were worth it. There is passion ( a bit of it) but there is more importantly, the feeling of moving towards my life goals. No career path is easy, no choice is. Happiness needs to be created. After one year, I am immensely happy and I needed this back on the job side. Entrepreneurship is not the magic solution for everyone, entrepreneurship was MY Magic solution and I enjoy every single bit of it.

 This is only the beginning of this personal journey. In the mean time, The debate is yours. If you are entrepreneur, do you have some other tips to share? If you are an aspiring entrepreneur or just an observer, do you have any additional question?  The “Comment” section is all yours. 

 

Love, Anna♦


Le coin des experts est une rubrique du blog du disrupteur. Elle accueille les contributions de personnes ayant une certaine expérience en entrepreneuriat, en communication, en marketing ou dans n’importe quel autre domaine connexe. Le but de cet espace est de permettre au public cible de profiter de l’expérience des professionnels des différents secteurs d’intérêt.

About Ace (44 Articles)
Ace est un passionné de communication et de startups. Autodidacte formé auprès de professionnels du marketing et de la communication, il allie exploration personnelle, pratique du métier et recherche incessante d'amélioration dans une approche intégrative, qui s'intéresse au secteur de façon globale, en le replaçant au centre de l'entreprise. Sa démarche s'attache à formaliser de manière spécifique les problématiques communicationnelles qui touchent les structures en tenant compte de leurs divers niveaux d'organisation.

5 Comments on L’entrepreneuriat n’est pas sexy – Le retour d’expérience de Anne Kedi Siade

  1. Très bel article. Ça fait du bien de recevoir du retour d’une sœur entrepreneur camerounaise

    Aimé par 1 personne

  2. Témoignage et conseils très instructifs. Merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :