Communication

Peut-on appliquer une stratégie « Millenials » au Cameroun ? (1)

Serge Massango est un professionnel camerounais qui possède plusieurs cordes à son arc : Project Professional Manager, Chief Creative Officer, Marketing Manager, WebDevelopper, WebDesigner, Online and Digital Manager, il est également producteur et animateur radio/TV et fondateur d’Obosso, « une plateforme d’analyses, un recueil d’avis et de paroles sincères de citoyens qui n’ont pas froid aux yeux et qui disent ce qu’ils pensent ». Sourire. Founder et CEO d’Artecaa, il gère la plateforme de travaux ponctuels rémunérés eboloo.com. Vous pouvez le retrouver sur LinkedIn.


Série : Peut-on appliquer une stratégie « Millenials » au Cameroun ?

Partie 1 – De la circonscription de la notion de « millenials »

Partie 2 – Le profil des « millenials » Camerounais

Critique relative aux deux premières partie de la série, par Prosper Mankuikila


Cet article a initialement été publié sur obosso.net

 

Partie 1

De la circonscription de la notion de « millenials »

 

Le marketing et disciplines associées, est l’un des domaines d’action et d’implémentation où les tendances, les fameux trends (pour justement faire marketing en utilisant l’anglais au lieu du Français), sont très rapidement utilisées dans cette course folle à la nouveauté. Domaine où tout ce qui vient des Etats-Unis, en règle générale, en passant par l’Europe et la France pour les Camerounais, est certain de trouver un terrain favorable à un buzz immédiat et à des applications plus ou moins réussies. Surtout, moins réussies.

Si on considère d’ailleurs, que les personnes qui sont en charge du marketing dans les entreprises ou qui en parlent dans les rencontres et afterworks branchés (ils sont surtout là pour faire in selon Patrick Epee), ont fait leurs études en majorité à l’étranger ou qu’elles sont issues d’une certaine classe dans la société (reproduction des élites façon Bourdieu oblige), abonnées aux tweets des plus grands « influenceurs« , entendez la plus grande arnaque professionnelle de l’heure, on est quasiment certain qu’elles serviront d’évangélistes de ces techniques, ruminant ces concepts faussement nouveaux et qui progressivement et de manière tentaculaire, envahissent les cercles professionnels à l’échelle mondiale. Paradigmes qui pourraient avoir leur sens en Occident, mais dont l’efficacité reste encore à démontrer; en tout cas, c’est l’exercice périlleux auquel se livre les différents billets de cette série sur les stratégies basées sur les milléniaux au Cameroun.

I. Milléniaux, définition de Neil Howe et William Strauss

Il est donc évident de commencer ce travail par déployer ce qui est convenu par tous, comme définition historique du concept. Ceux qu’on appelle parfois milléniaux, génération Peter Pan, génération Y, Yolo (you only live once), next generation, génération 2.0, generation Why, génération Me Me Me ou digital natives ont été pour la première fois, du moins officiellement, analysés en 1989 par les historiens américains Neil Howe et William Strauss. Il s’était agi d’une étude sociologique de la jeunesse Américaine, succédant à celle des baby-boomers. Ces derniers, entre autres qualificatifs, catégorisent cette population en personnes insoumises, non conformistes. Etude sociologique. D’abord. Parce que très souvent pendant ces dernières décennies, le marketing, qui a toute sa noblesse, a souvent été une discipline de récupération plutôt qu’une école créative de concepts.

II. Problème de période, problème de génération

Il faut remarquer au passage que la tranche d’années de naissance appartenant à cette catégorie, divergent selon les concepteurs et éventuellement, récupérateurs: 1980-1995, 1982-2003, 1980-2000, 1977-1995, etc., même si tous ont tendance à dire qu’ils ont entre 18 et 35 ans,  représentant près de 2 milliards de personnes dans le monde. Période fixe, mais sans point de départ similaire.

D’autant plus que toutes les personnes nées dans ces âges-là ne s’identifient pas forcément de cette génération, n’ont pas ce que certains anthropologues dénomment un sentiment d’appartenance. Ils ne se reconnaissent pas nécessairement dans cet univers de « liberté » selon les apologues de la notion ou d’anticonformisme selon les autres.

Enfin, la quasi-exclusivité de l’usage du digital aux Milléniaux suffit-elle à cloisonner ces individus dans leur époque, quitte à considérer que les autres qui utiliseraient le digital de façon régulière, malgré leur âge supérieur ferait partie de leur groupe? Ce non-sens relève plus d’un ciblage marketing bien calculé que d’une rigueur méthodologique posée sur une étude scientifique.

III. Profil type du millénial à l’Occidental

Pour faire simple, le Millénial serait donc un(e) jeune diplômé, qu’il faut gérer délicatement en entreprise ou qui est tout bonnement difficile à manager, permanemment connecté, consommateur de high-tech, pensant révolutionner le monde via ses posts Facebook ou tweets, engagé dans des causes écologiques ou en créant LA start-up qui viendra résoudre tous les problèmes du monde, ou tout du moins, changer les habitudes.

Ce côté anti-conventionnel, narcissique, royaliste qui est systématique dans toutes les approches proposées, se manifeste notamment par le choc culturel et générationnel (par opposition à la génération X ou baby-boomers) qu’évoque le célèbre Simon Sinek dans son TED-talk. Plutôt que de souscrire à cette vision simpliste des choses, la vidéo virale ci-dessous explique mieux sa position, qui reconnaissons-le, porte tout de même un aspect moral, qui n’est pas pour nous déplaire. Un must. Collector.

 

En d’autres termes, le millénial Occidental est victime d’une éducation très légère et permissive (merci Françoise Dolto), d’une technologie de plus en plus addictive et briseuse de lien social, redouble d’impatience et n’est pas aidé par un environnement de travail peu épanouissant. D’où la baisse de l’estime de soi que Facebook et les autres réseaux sociaux ont su détecter pour bâtir le business du like (un article lié est en préparation).

IV. Et le millénial Camerounais?

Quoi qu’il en soit, il semble que les sociétés occidentales, au vu de leurs sociologies propres, ont plus ou moins abordé le sujet et tenté de lui donner un périmètre approximatif de ce qu’il dégage.

Pourtant, à lire tout ce qui précède, il saute aux yeux une interrogation évidente: d’où vient-il qu’une lecture de la société Américaine (Howe et Strauss) ou Occidentale (Sinek et les autres) soit calquée et imputée à la société Africaine, aux sociétés Africaines, si différentes, tant sur les mœurs sociaux, les appropriations technologiques, sans les moindres efforts rigoureux et scientifiques? Pourrait-on parler d’un impérialisme culturel tacite qui oblige qu’à la manière des codes civils Africains, copier-coller des codes Occidentaux, les applications marketing Africaines ne soient que vomissure occidentale?

Abordons cette problématique de la définition du millénial Camerounais dans le prochain billet de cette série, que l’on terminera par une évaluation des stratégies « Millenials » dans le marché Camerounais.

 

Serge Massango


A lire pour approfondir cette étude dans les sociétés Occidentales :
La fabrique de la cité – Les Millennials : une légende urbaine ?


Le coin des experts est une rubrique du blog du disrupteur. Elle accueille les contributions de personnes ayant une certaine expérience en entrepreneuriat, en communication, en marketing ou dans n’importe quel autre domaine connexe. Le but de cet espace est de permettre au public cible de profiter de l’expérience des professionnels des différents secteurs d’intérêt.

About Ace (44 Articles)
Ace est un passionné de communication et de startups. Autodidacte formé auprès de professionnels du marketing et de la communication, il allie exploration personnelle, pratique du métier et recherche incessante d'amélioration dans une approche intégrative, qui s'intéresse au secteur de façon globale, en le replaçant au centre de l'entreprise. Sa démarche s'attache à formaliser de manière spécifique les problématiques communicationnelles qui touchent les structures en tenant compte de leurs divers niveaux d'organisation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :