Communication

À la recherche du cofondateur parfait

Vous le sentez, vous êtes prêts. Vous avez pesé le pour et le contre, et vous avez enfin décidé de vous lancer. Vous avez réfléchi à votre idée, et avez une vision plus ou moins claire de ce que vous voulez accomplir. Ce n'est pas parfait, mais vous en avez marre de réfléchir, et vous avez raison : il vous faut agir, et le plus tôt sera le mieux. Oui, mais pas n'importe comment.

à-la-recherche-du-cofondateur-parfait


Vous avez découvert, au cours de vos recherches, qu’en créant votre startup avec un cofondateur, vous multipliez ses chances de survie de façon exponentielle. Rares sont en effet les singles founders qui réussissent. Cela ne signifie pas pour autant que c’est impossible, ça veut juste dire qu’il est plus difficile d’être un parent célibataire que d’élever un enfant avec un conjoint.

Nous allons, dans cette rubrique, abuser de cette analogie pour une raison assez simple : créer une startup avec quelqu’un ressemble à s’y méprendre à se mettre en couple pour faire un bébé avec un compagnon. Les étapes sont d’ailleurs sensiblement identiques, l’unique différence est que vous décidez de – vous me passerez l’expression – procréer avant de chercher la maman / le papa du bébé.
Note : cet article s’adresse aussi bien à des hommes qu’à des femmes, prière de mettre votre féminisme en berne, le temps d’un article.
Commençons par nous mettre d’accord :

I / le cofondateur parfait n’existe pas

Eh oui, c’est une arnaque, tout comme la femme / l’homme parfait(e), et c’est une excellente nouvelle ! Pourquoi ? Parce que :

  1.  il serait ennuyeux comme la pluie
  2.  il serait ennuyeux comme la pluie

Oui, c’est différent. Un cofondateur parfait ne peut par définition pas évoluer, puisqu’il est parfait, et il ne peut vous surprendre, puisqu’il est exactement comme vous l’avez imaginé. Avouez que ça ôte du piment à l’aventure. Une chance que ces gens-là soient en édition limitée.

Ce que vous cherchez

Vous voulez vous mettre avec quelqu’un que vous aurez envie de voir tous les jours, quelqu’un qui vous aidera à concevoir et à mettre au monde votre projet. Quelqu’un qui apportera des compétences, du dynamisme, et de la passion, quelqu’un qui pourra vous épauler, et qui fera de votre rêve, son rêve. Quoiqu’il serait plus judicieux de parler de but.
Que souhaitez-vous faire ?

Implémenter votre projet, ou le créer

Implémenter un projet, c’est le mettre en oeuvre. Le créer, c’est accepter de reconsidérer sa vision, c’est permettre à l’autre d’apporter sa créativité, son approche, et son analyse. Cela peut même aller jusqu’à remettre en cause votre projet initial, si les apports sont pertinents.

La seconde option exige d’être suffisamment ouvert d’esprit, et d’avoir une certaine distance vis-à-vis de son projet. Ça paraît paradoxal mais ça ne l’est pas. Mon expérience m’a appris que la seconde option est la meilleure, peu de choses sont aussi stimulantes que la somme de deux intelligences déterminées à atteindre un but commun. Mais vous avez le droit d’avoir un avis différent. Si vous choisissez cette option, assurez-vous d’impliquer votre cofondateur dans les  premières phases du projet.

Si votre préférence va à la première en revanche, vous ne cherchez pas un cofondateur mais un associé, cela fera l’objet d’un billet ultérieur. La bonne nouvelle, c’est que votre associé pourra vous rejoindre en chemin. Gardez cependant à l’esprit que si l’approche est différente, suivant ce que vous voulez, vous devrez lui laisser la place nécessaire pour s’exprimer et s’épanouir dans votre projet. En effet, dès que vous impliquez quelqu’un d’autre, votre projet n’est plus seulement le vôtre, mais le sien également.

II / Cherchez la perle rare

Tout ceci est bel et bon, mais ce qui vous intéresse, vous, c’est de trouver cette perle, cette personne qui embrassera corps et âme votre cause. Vous êtes prêts ? C’est parti !

A) Définissez les grands traits

Je sais ce que j’ai dit, « le cofondateur parfait n’existe pas », mais il fallait l’entendre comme : « le cofondateur parfait, tel que vous l’avez imaginé, n’existe pas ». Quand on va faire les courses, on fait une liste, au risque de se retrouver avec des choses inutiles, en ayant oublié ce dont on avait vraiment besoin. Il n’y a rien de pire que d’épouser un conjoint inadéquat.
En fonction de vos compétences, de votre projet et de votre caractère, définissez dans les grandes lignes le profil du (des) cofondateur(s) correspondant(s). Gardez à l’esprit que :

  1. Il ne doit pas avoir les mêmes compétences que vous. Si vous êtes bon en marketing, ou en communication, choisissez un profil différent. Les développeurs sont très prisés, et un infographiste ne sera pas de refus. Le maître mot est : complémentarité.
  2. Concentrez-vous sur la personne, pas sur l’idée en elle-même. Si l’un de vos critères de sélection est de sauter au plafond à l’énoncé de votre idée, vous êtes mal. La personne que vous choisirez peut ou ne pas se sentir concernée par la solution que vous essayez d’apporter au problème considéré, le plus important est qu’il soit passionné par son travail. Mon développeur par exemple, se fiche complètement du pourquoi de la startup, mais il est fasciné par la plateforme, ce qui l’oblige à tenir compte de la cible, et du problème, puisque l’architecture et l’ergonomie de la plateforme en dépendent. See my point ?
  3. Ne vous adressez pas à des amateurs, ni à des passionnés, mais à des techniciens ou à des experts. Vous ne savez pas faire la différence ? Lisez la seconde partie de ce billet. Inutile de perdre du temps avec des gens qui tâtonnent, votre solution s’en ressentira. Vous voulez faire du bon boulot, pas du travail d’amateur, il en va de votre crédibilité, et de celle de votre (future) boîte. Attention, ça ne veut pas dire que votre produit sera parfait tout de suite, ça signifie juste que les erreurs que vous commettrez seront rectifiées rapidement. Et que la version bêta, et la version finale seront de bien meilleure facture que ce que vous aurait pondu produit un amateur.
  4. Vos caractères sont compatibles. Si vous ne supportez pas de passer 5 heures ensemble, il y a  peu de chances que vous soyez faits l’un pour l’autre.

B) Où le trouver ?

Excellente question. Retenez que :

Les amis de vos amis sont vos amis

Dans vos cercles : « je-connais-quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un ». C’est comme ça que j’ai trouvé tous mes cofondateurs –lucky me !  Votre réseau est votre premier atout. Il faut dire que le mien est assez varié.

Que faire si votre entourage ne contient que des profils similaires au vôtre, que vous ne connaissez personne qui convient, ou que personne dans votre entourage n’en connaît non plus ? Deux choses :

  1. Vous rendre compte que vous avez un problème. C’est quoi ce réseau de m* ?
  2. Lire les points ci-après.

Internet, cette agence matrimoniale 2.0

Eh oui, internet ! Encore et toujours ce bon vieil internet. C’est la fée, la baguette magique et le carrosse, tout ça en une seule interface ! Génial, non ? En bref :

  • intégrez des groupes Facebook qui parlent d’entrepreneuriat
  • allez à des événements qui parlent d’entrepreneuriat (il faut quitter votre chaise là par contre, mais vous les trouverez sur Google)
  • suivez des gens qui sont branchés entrepreneuriat (Facebook, Twitter, Linkedin, Viadeo, Pinterest… RÉSEAUX SOCIAUX !)
  • allez sur des sites dédiés comme FounderDating (il n’est actuellement ouvert qu’aux Etats-Unis et à Londres mais patience)
  • allez sur des forums dédiés à l’entrepreneuriat et discutez

En un mot comme en cent : réseautez.

III / Comment reconnaître le cofondateur idéal

Ça, c’est à vous de me le dire. Je peux vous donner tous les conseils du monde mais, en définitive, vous allez devoir suivre votre instinct, et vous fier à votre sens de l’observation. Sachez cependant qu’en dépit de toutes les précautions du monde, il y aura toujours une part d’incertitude. À moins d’observer l’autre dans son milieu naturel, sans tout d’abord révéler vos intentions, il vous sera difficile de prédire l’imprévisible. Toutes les relations que vous nouez en comportent, celle que vous vous apprêtez à forger n’en est pas exempte.

D’après mon expérience, un cofondateur parfait est :

  • honnête. « What you see is what you get » (ce que vous voyez est ce que vous obtenez).
    C’est très important. Il vous fait part de ce qu’il sait faire, et de ce qu’il ne sait pas faire. Il ne vous promet pas la lune en sachant que la seule qu’il voit est reflétée par une flaque d’eau boueuse. Il est sincère quant à son apport et ses disponibilités, et vous annonce ses motivations sans ciller. Fût-ce-elles mal vues.
  • engagé. Il pose des questions sur le projet, sur votre approche, il réfléchit à la façon de l’améliorer, de l’implémenter. Il vous parle spontanément du projet et s’implique, sans que vous n’ayez à le pousser.
  • proactif. Il n’a pas besoin que vous le materniez, il a une vue d’ensemble et vous connaît suffisamment (normalement, sinon sortez ensemble) pour se créer une place, et pour tenir son rôle. Vous êtes un tandem et vous pédalez de façon synchronisée. Il arrivera des moments où ce ne sera pas le cas, mais ils seront rares (si vous choisissez le bon cofondateur).
  • passionné. Un aspect du projet au moins lui tient particulièrement à cœur. Cet intérêt peut se développer avec le temps. Pas besoin d’être exubérant pour ça.

Pause!

Prenons une pause, le temps que vous absorbiez ces informations.

Je n’ai pas réfléchi à tout ceci avant de choisir des cofondateurs. À une bonne partie, oui, mais certaines choses m’ont échappé.

C’est l’occasion pour vous de revoir votre approche, et de l’adapter suivant vos besoins.

Allez, on y retourne.

 

IV / Ferez le poisson

Ça y est, vous avez établi le premier contact. Vous vous êtes échangé vos cartes à un événement, vous vous êtes parlé sur un forum ou par message, et vous sentez qu’il pourrait vous convenir ? Une rencontre physique s’impose. Allez le rencontrer, rien ne vaut une rencontre physique pour tester votre compatibilité, et rendre les choses plus réelles. Oubliez les relations à distance, ça ne marche pas. Vous devez passer du temps ensemble pour construire un projet de vie, car c’est ce qu’est votre startup. Chacun de vous va dédier plusieurs années de sa vie à ce projet, inutile de vous compliquer la culotte en essayant de faire un bébé à distance.

Celui ou celle qui a cité l’insémination artificielle est prié de sortir de la pièce ! Rires. Non, sérieusement, créer puis pérenniser une startup est une entreprise trop délicate pour y ajouter une difficulté supplémentaire.

Ce que vous devez faire :

  • Rester vous-même. Inutile de vous montrer sous un angle que vous n’adoptez jamais, il découvrira la supercherie bien assez tôt.
  • Ne lui vendez pas votre idée. Ce n’est pas parce que vous pensez avoir l’idée du siècle qu’elle l’est forcément. Nul ne sait ce qu’il en adviendra la semaine suivante, surtout pas vous. Il est très probable après réflexions et améliorations successives que votre startup n’ait rien en commun avec l’idée que vous vous en faisiez au départ. C’est normal, c’est une startup, l’itération fait partie de son ADN.
  • Focalisez-vous sur la personne, pas sur le projet. Parlez des idées qui vous intéressent, et de la vision que vous avez pour votre startup. Des valeurs et des principes sur lesquelles vous voulez la fonder.

V / Apprenez à vous connaître avant d’envisager de faire un enfant

Intéressez-vous à votre cofondateur :

Qui es-tu, et qu’est-ce qui te motive dans la vie ? Ton café tu le préfères comment, noir ou avec un nuage de lait ?

J’exagère à peine. Vous allez passer énormément de temps avec cette personne, il vaut mieux que vous puissiez vous entendre dès le début, cela facilitera vos rapports, et vous permettra d’instaurer une ambiance décontractée. Mes cofondateurs et moi avons joué à un jeu plutôt drôle à notre première réunion : il s’agissait de parler de nos préférences, de nos passions, et de nos inspirations. De nos aspirations aussi. De ce qui nous insupportait, et nous révoltait. Nous sommes allés jusqu’à parler de nos plats préférés, et du reste, rires. C’était non seulement instructif, mais très fun. J’en garde un excellent souvenir.

Parlez des sujets qui fâchent dès le début

Dans le même ordre d’idées que précédemment, les points suivants doivent être clairs dès le début, afin d’éviter toute incompréhension. Vous seriez étonnés du nombre de choses qui peuvent faire couler une startup.

  1.  Qui porte le pantalon dans le couple ? Deux CEO, ça n’existe pas. Une startup n’est pas une démocratie. Ce n’est pas non plus une dictature, tout le monde a le droit de s’exprimer mais, à la fin, seul le CEO tranche, peu importe qu’il ait raison ou pas. Quitte à faire des erreurs, autant les faire rapidement au lieu de chercher à atteindre un consensus. Vous ne réaliserez pas grand-chose si vous devez ergoter sur tout. Attention : le CEO est choisi en fonction de ses aptitudes à assumer ce poste, et non parce qu’il a eu l’idée de créer la boîte. Son rôle sera de représenter la structure dans les médias, de lever des fonds, et de vendre la startup auprès du public. De définir les priorités, de gérer l’équipe et même de servir de bouche-trou, au début.
  2. L’argent. Qui a combien de parts et pourquoi ? Généralement, c’est le CEO qui possède le plus de parts, j’ignore pourquoi. Pour des raisons de légitimité peut-être.
  3. On en fait quoi du bébé, après ? Que pensez-vous faire de votre startup une fois qu’elle aura grandi ? La vendre, ou continuer à la développer ? Privilégier une implantation locale, ou conquérir le monde ?

Il est crucial de discuter de ce genre de questions, cela permet de connaître les ambitions des uns et des autres, et de savoir si on est sur la même longueur d’onde. La Bible à une citation que j’aime beaucoup, à ce sujet : « deux hommes peuvent-ils marcher ensemble s’ils ne sont pas d’accord ? » Amos 3 : 3.

VI / Couchez ensemble

trouver-un-cofondateur-équivaut-à-se-marier-avec-lui

Je suis au regret de vous annoncer que cette opportunité ne vous est offerte qu’après le mariage (ouh le conservateur !). À moins que vous ne soyez adeptes des coups d’un soir entrepreneuriaux (auquel cas, aucune de vos startups n’a dépassé le stade de l’idée), vous allez devoir vous marier avec votre cofondateur pour pouvoir coucher avec lui.

Qu’est-ce que j’entends par coucher avec votre cofondateur ?

Cela ne signifie ni plus ni moins que travailler sur votre projet nuit et jour. J’aime bien la subversion qu’il y a dans ce mot, et la notion de confiance que cela sous-entend. Aucun individu sain d’esprit ne dort avec une personne en laquelle il n’a pas confiance. C’est pareil pour une startup.

J’insiste. Avoir un coup d’un soir avec un potentiel cofondateur veut dire bosser sur un projet de faible envergure pendant un court laps de temps. Pourquoi ça ne marche jamais ? Parce que, si votre projet est sérieux, votre coup d’un soir se transformera immanquablement en relation sérieuse, puis en concubinage, ce qui est une situation risquée car :

  1. cela vous éloignera de votre projet initial
  2. vous n’aurez préalablement discuté d’aucun cadre juridique, ni de la pérennité de votre nouveau projet et pour cause, c’était censé être un exercice, pour valider ou non une éventuelle collaboration

VII / Polygamie

Vous avez le choix entre les épouser tous en même temps, ou l’un après l’autre. Dans ce dernier cas cependant, il vous faut au préalable obtenir l’accord de vos premières femmes. Vous vous souvenez de la discussion du point V/ ? Bien. Ça fait partie des projets de vie dont vous devez parler avec vos (votre) cofondateur(s).

VIII / Ne restez pas les bras croisés pendant que vous cherchez, travaillez !

Faites la layette du bébé en tenant compte du fait que vous ne savez rien de son sexe, ni de son caractère. Prospectez votre marché, apprenez-en le plus possible sur votre cible, ses habitudes, ses préférences, etc.

IX / Divorce and others issues

Ceci fera l’objet d’un autre billet.

3points

Une dernière chose, soyez prévoyants. Mettez-vous à la recherche de votre cofondateur dès que vous songez  à créer votre startup. Cela vous permettra de travailler ensemble, et de développer votre vision, et votre culture entrepreneuriale ensemble. Vous avez des questions ? Vous n’êtes pas d’accord avec quelque chose ? Vous souhaitez nous faire part de votre expérience ? N’hésitez pas, les commentaires sont faits pour ça 😉

 

About Ace (44 Articles)
Ace est un passionné de communication et de startups. Autodidacte formé auprès de professionnels du marketing et de la communication, il allie exploration personnelle, pratique du métier et recherche incessante d'amélioration dans une approche intégrative, qui s'intéresse au secteur de façon globale, en le replaçant au centre de l'entreprise. Sa démarche s'attache à formaliser de manière spécifique les problématiques communicationnelles qui touchent les structures en tenant compte de leurs divers niveaux d'organisation.

2 Comments on À la recherche du cofondateur parfait

  1. J’aime bien le ton de l’article ! On aurait dit au début, que vous parlez des moyens/astuces/critères pour trouver le/la partenaire idéale^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :