Communication

Kusoma Group disparaît (encore) avec l’argent de ses clients

Lorsque nous avons publié les deux premières parties de l’étude de cas sur Kusoma Group, il y a un peu plus d’un an, nous savions que la probabilité que nous ayons à jouer le rôle du médecin légiste était élevée. Mais nous y croyions encore. Les chances de renverser la vapeur étaient très minces mais elles existaient bel et bien, pour peu que la boîte tire des leçons de ses erreurs.

Kusoma Group est indisponible

Capture d’écran du 3 novembre

Ces chances ont disparu le 3 novembre, lorsque nous nous sommes rendu-compte que la plateforme était hors-ligne. Nous nous sommes alors dit que c’était sûrement dû à un défaut de paiement de la solution de e-commerce pour laquelle ils avaient opté après les crevasses de sécurité relevées dans la seconde partie de l’étude de cas consacrée à l’entreprise. Suite à sa publication, Kusoma a choisi d’utiliser Shopify, une plateforme spécialisée dans le commerce électronique qui s’y connaît en matière de sécurité.

Au vu des protestations véhémentes suscitées par nos articles, et de l’annonce d’un changement d’équipe, grande a été notre surprise de découvrir ceci lorsque nous avons tapé l’URL du site internet (image ci-contre) : www.kusoma-group.com.

Nous avons alors décidé d’attendre, en espérant qu’il ne s’agissait que d’un défaut de paiement. Cependant, au cours des semaines qui ont suivi, la liste de ceux qui se plaignaient de ne pas pouvoir accéder à la plateforme n’a cessé de s’allonger. Jusqu’à ce que, las de patienter, nous y fassions de nouveau un tour aujourd’hui. Et là… Et bien l’image parle d’elle-même :

Kusoma Group website.png

Nous avons fait un tour sur les différents comptes sociaux de l’entreprise dans le but de chercher une déclaration pouvant expliquer cet état de fait et nous n’y avons rencontré qu’un silence déconcertant. La même chose se produit lorsqu’on leur envoie des e-mails.

Nous aimerions bien avoir une réponse parce que nous gérons une oeuvre pour le compte d’un auteur sur Kusoma, et la dernière fois que nous avons regardé, le montant dû s’élevait à  plus de 100 000 Fcfa. La plateforme comptant avant sa disparition instantanée plusieurs ouvrages, dont une dizaine confiée par des clients, nous imaginons que ces derniers, tout comme nous, doivent vouloir récupérer leur argent et savoir ce qui sera fait de leurs tapuscrits. Il serait appréciable de récupérer ces droits, à défaut d’avoir une explication quant à la fantômisation de l’entreprise.

Update

Suite à la publication de cet article, la plateforme est « soudainement » réapparue en ligne. Sourire. Il s’agissait donc bien d’un défaut de paiement. L’expérience s’est révélée intéressante, puisque les comptes de la plateforme sont toujours muets. Apparemment, ne pas répondre aux e-mails de ses clients et revenir après disparu sans rien dire avec l’argent des clients, rendant la solution pour laquelle ils paient inaccessible passe pour de la gestion d’entreprise. Quant au fait de « revenir à cause d’un « coup de pression », pour continuer à affirmer que tout va bien en dépit de l’évidence… On aurait dit un site internet géré comme un jouet et non une entreprise. Soupir.

Qu’à cela ne tienne, nous espérons que tout le monde pourra retirer son argent, avant une nouvelle « disparition ». Nous tentons toujours de récupérer celui qui était sur notre compte, lequel a été supprimé sans raison apparente.

[Update du 12 janvier 2020]

Un peu plus d’un mois après la publication de cet article, nous avons repensé à aller sur la plateforme de l’entreprise fantôme. Surprise (ou pas, c’est selon) :

Kusoma Group a encore disparu

À ce niveau-là, cela relève de l’obstination déraisonnable. Toute crédibilité s’envole, assez tristement d’ailleurs. L’option raisonnable serait de prendre contact avec les clients et de solder les dettes de la boîte. Puis de refermer ce chapitre en en tirant les leçons qui s’imposent.

.   .   .   .

Avant de clore cet article, nous tenons à faire remarquer aux « startupeurs » que l’échec n’est pas une fatalité. Il est normal de jeter l’éponge lorsque les choses ne marchent pas, c’est là le lot de nombreux business, tous les jours. Néanmoins, afin de ne pas voir votre crédibilité se dissoudre et s’éparpiller au vent comme du sel dans l’océan, il est absolument nécessaire de le faire de façon responsable. C’est-à-dire en prévenant vos clients, vos fournisseurs et le grand public de la disparition de votre offre.  Sous peine de vous discréditer vous et votre secteur.

Les échanges commerciaux sont régis par des lois. Bien que les escroqueries soient monnaies courantes, une réputation est longue à se construire, et prompte à s’écrouler.  C’est sur elle que repose la confiance nécessaire au commerce. Vous avez le droit d’échouer, et cela est bénéfique pour réussir sur le long terme, une réputation ternie se révélera cependant un handicap dans la poursuite de cet objectif. Ne fuyez pas avec l’argent de vos clients.

About Ace (69 Articles)
Ace est un passionné de communication et de startups. Autodidacte formé auprès de professionnels du marketing et de la communication, il allie exploration personnelle, pratique du métier et recherche incessante d'amélioration dans une approche intégrative, qui s'intéresse au secteur de façon globale, en le replaçant au centre de l'entreprise. Sa démarche s'attache à formaliser de manière spécifique les problématiques communicationnelles qui touchent les structures en tenant compte de leurs divers niveaux d'organisation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :